Dans la série, « x jours en escapade », voici Boston, Lubec, Mt Washington, New York et retour avec un crochet par Cape Cod, sur la côte Est des Etats-Unis !


Jour 0

The Queen of the Skies nous emportera de l’Europe à L’Amérique ! Le tout, à l’étage, grâce aux billets gratuits « prime » Miles and More. Jour 0 du fait que ce 12 août est consacré aux transports, voiture, avions, voiture et repos. Arrivée à l’hôtel de Portland, dans le Maine depuis Boston, il est 1 heure du matin, heure du Vieux Continent, ce repos est donc nécessaire avant de repartir pour une grande étape.


Jour 1

Après avoir expédié la « formalité » de relier Portland le soir précédent, le roadtrip commence vraiment et il ressemble à cela. Nous en aurons pour environ 1’000 miles de bitume.

C’est donc un départ pour Lubec, village frontière avec le Canada et qui au demeurant possède un phare au point le plus à l’Est des Etats-Unis. Avant cela, petit détour à Portland pour prendre le pouls de ce premier Etat traversé, le Maine. Levés aux aurores, dans notre hôtel attenant à l’aéroport de Portland.

La ville se réveille… D’un côté, la rue en provenance de l’observatoire et de l’autre, la mer.

Le parcours nous fait découvrir les premiers paysages nous confirmant avoir choisi la bonne destination !

Les premiers signes d’une crevaison lente se font voir, nous commençons à espérer très fort que nous pourrons continuer selon le programme établi, d’autant plus que les maisons se font rares, alors que dire des garages automobiles…

Nous arrivons à Lubec sous un brouillard à couper au couteau et 5 minutes plus tard, le ciel est dégagé, nous en prenons plein les yeux.

La ville compte un peu plus de 1’600 âmes. Il y a un centre commercial, le courant est coupé, le réseau téléphonique n’est que très rare, nous sommes au coeur de ce que nous souhaitions sans l’espérer autant, le dépaysement. Nous reprendrons la route pour Bangor, ville où Stephen King possède une maison au demeurant, afin d’y dormir et « accessoirement » changer de voiture, la roue crevée n’aurait pas tenu un kilomètre de plus !


Jour 2

C’est donc un magnifique SUV que nous récupérons pour grimper la route vertigineuse du Mont Washington situé à près de 2’000 mètres. La route nous offre des lieux bucoliques exceptionnels qui appellent à la méditation. Mais pas le temps pour nous, quelques photos en boîte et le moteur rugit à nouveau comme s’il se préparait à l’étape qui l’attend.

Petite halte à Gorham, dans l’Etat du New Hampshire, le temps d’analyser les possibilités de faire l’ascension du Mont par vents et marées ou plutôt par auto et par le train à crémaillère pour la descente de femme et enfant. Une solution est trouvée, il est l’heure de s’accrocher sérieusement, un écart de conduite dans tous les sens du terme ne pardonnera pas. Mais pas trop, il faut encore pouvoir accéder à ses poches afin de sortir quelques billets verts pour le passage du péage !


Jour 3

Une nuit pour se remettre de ses émotions et pour faire mûrir, non pas les myrtilles, fruit emblématique de la région, mais l’idée qu’il nous manque encore un téléphérique et une télécabine pour cette expédition. Nous zieutons la carte presque aussi vite que google, nous sommes en forme et établissons le plan d’attaque. Direction la montage Cannon !

Nous ne l’avions pas sur la carte, cette opportunité de rajouter à la journée un petit tour en pédalo. Hop, c’est chose fait sur le lac Echo.

On enchaîne avec un tour en Gondole de la montagne Loon et profitons pour également emprunter la fameuse et réputée route Kancamagus qui offre un superbe panorama des lieux.

Les lignes jaunes nous mèneront à une belle et inattendue surprise …

Après tant d’émotions et une journée aussi belle, c’est le moment d’aller prendre nos quartiers dans le village reculé de Lyme. Quelques âmes et un restaurant incroyable au saveurs du cru, Latham House Cavern. Le coucher du soleil nous indique la direction pour exciter nos papilles.


Jour 4

Nos yeux s’ouvrent doucement, nous ne voulons pas quitter la merveille que nous entendons, le silence. Nous sommes au coeur d’une Amérique rurale, … nous sommes en lévitation. Les pancakes, oeufs brouillés et autres victuailles revigorantes vont se charger de nous motiver à sortir des bras de Morphée afin de reprendre la route illico.

Au menu du jour, visite express de la maison de l’écrivain Mark Twain. Impossible de passer sans s’arrêter. Et toujours en passant, on rajoute le Connecticut aux Etats traversés ou effleurés.

Chaque minute compte, la veille nous avons effectué une réservation pour le ferry nous menant à Long Island. Et l’heure c’est l’heure, selon le site internet concerné.

Voici un aperçu de la deuxième partie du roadtrip, pendant que nous embarquons sur un ferry plus tôt, parce qu’en fait l’heure c’est pas vraiment l’heure, selon les matelots.

Quelques miles sur la pointe de Long Island et le soleil nous indique de prendre du repos pour le lendemain. Quelques clichés, à nouveau un bon repas et les ronflements ne tardent pas.


Jour 5

L’Etat de New York s’est donc ouvert à nous et la Grande Pomme nous tend les bras.

Les 65 dollars pour garer notre immense SUV, il faut le reconnaître, n’entameront en rien notre excellente humeur et motivation à monter aux sommets des buildings pour mieux descendre dans les bas fonds de Manhattan au travers de son métro afin de traverser dans le sens inverse le célèbre Pont de Brooklyn, sneakers aux pieds.

Une petite pause sur notre terrasse d’un soir et nous allons humer l’humeur de la rue. Les camions rouges vrombissent, une alerte a retenti. Les yeux fermés, nous savons où nous sommes.


Jour 6

Pour les filles, c’est shopping, pour l’homme c’est visite d’American airlines à JFK.

La journée passera donc très vite, à l’inverse du trajet pour relier Manhattan à Hyannis, à l’allure de l’escargot, pare-chocs contre pare-chocs.


Jour 7

Nouvel Etat, le Massachusetts, nouvelle découverte, un magasin sans chichis pour acheteurs compulsifs de bouées exceptionnelles.

Nous ne nous compliquerons pas la vie et ne ramènerons pas l’une d’entre elles, même pliée, mais plutôt deux de ces objets aimant flotter au vent et bien entendu, fragiles.

La prochaine étape ne peut donc qu’être la plage… Les pieds hors de l’eau, le grand squale ayant montré le bout de son aileron la veille !

Quelques heures d’économisées donc, à mettre à profit du village de Provincetown et sa haute tour.

Mais où dormons nous ? A Boston, la boucle est bouclée. Le soleil couchant, un aéroport, une étendue d’eau ne sont jamais bien loin.


Jour 8

Le grand départ, le grand retour. Nous ne partirons pas sans avoir dit « Hello » à un écureuil, levé les yeux sur les buildings du coin, pris le métro, traversé un pont et bien entendu fait le plein de la Dodge.

Nous sommes installés, prêts pour le film qui va se projeter au travers du hublot.

Merci pour la lecture et à disposition pour les questions !