Dans la série, « x jours en escapade », voici l’île de Majorque, à l’Ouest de la Mer Méditerranée.

De quoi prendre un bon bol d’air pur et … un peu plus chaud qu’au centre de l’Europe !


Jour 0

Rien de tel qu’une chasse à l’ombre pour s’envoler vers de beaux paysages d’Espagne. Départ de Genève pour un petit crochet par Zurich.

Et nous mettons le cap sur Palma avec un survol des côtes françaises.


Jour 1

Avant tout bonne expédition, le repos est nécessaire et la première nuit se fera dans un magnifique hôtel au prix doux en cette basse saison.

Premier phare de l’aventure, le Far De Capdepera, à la pointe Est de l’île. L’eau cristalline correspond bien aux cartes postales, on ne nous a pas menti !

Allons justement voir cette eau de plus près et son sable fin. Direction les plus belles plages de l’Est.

L’avantage à Majorque, c’est de pouvoir en quelques minutes, se retrouver en altitude. Le nord de l’île se compose d’une chaîne de montagnes, Tramontane avec notamment huit sommets qui dépassent les 1’000 mètres.

On ne s’arrête pas en si bon chemin et on attaque la descente pour se rendre dans une crique époustouflante à quelques pas de Sa Calobra. Un passage littéralement dans la montagne et la magie du lieu, du cirque opère. Obligation de reprendre ses esprits quelques instants. Les photos ne rendront jamais les aspirations de l’endroit, … il faut s’y rendre.


Jour 2

Après une première journée partiellement en altitude, inversons la tendance et rendons nous dans les profondeurs de Majorque et plus précisément dans les grottes du Drach. Etonnant, les dernières grottes visitées furent celles de Vallorbe en Suisse et pas du tout en bord de mer !

Un stop dans la bourgade réputée de Porto Cristo est inévitable.

Le ventre bien rempli et les batteries rechargées, nous filons pour le deuxième phare prévu sur notre liste. La route est bucolique et nous la partageons avec quelques animaux ici et là. Le trafic est pratiquement inexistant, nous croisons simplement quelques cyclistes friands de cols à gravir.

Il y a des endroits dans ce monde où peut importe le nombre de kilomètres qui nous séparent de sa bicoque, le sentiment vous gagne d’être au bout du monde. Far Formentor, une pièce de notre monde inévitable avant de passer l’arme à gauche !

Et si on se prenait quelques prémices du coucher de soleil du lendemain pour se mettre en appétit !


Jour 3

En ce troisième jour, on reprend les basiques, avec ce petit rappel, l’eau est bien cristalline… et turquoise, hiver comme été !

Maintenant, on peut foncer à l’autre extrême de l’île, à l’Ouest. Le petit village de Sant Elm, une perle qui regarde une autre perle au nom de Sa Dragonera, à quelques minutes en barque motorisée. Un parc naturel comprenant quelques parcours pédestres, beaucoup de lézards et du dépaysement, en veux tu en voilà. On prend soin de prendre à boire, pour ne pas mourir de soif, aucune échoppe ne pointera le bout de son nez par là-bas.

Le clou du spectacle ? Le Far de Tramuntana. L’esprit est chamboulé par tant de précision de la nature. La mer est plate, le ciel est d’un bleu immaculé.

L’esprit s’envole désormais.

Avec tant de bleu dans une seule et même journée, il était impossible de ne pas le contre-balancer par un soupçon de couleurs chaudes. Attention les yeux, un coucher de soleil mémorable et inoubliable est en vue. Port de Sóller nous accueille pour l’occasion.


Jour 4

Grasse matinée méritée ou non, l’occasion fait le larron.

Le retour est pour ce soir, alors journée tranquille et visite express et extérieure de la Cathédrale de Palma de Majorque.

L’aventure touche à sa fin et nous rejoignons l’aéroport à 10 minutes de là.

Le spectacle est grandiose, avant d’attaquer de front les orages à Zurich et Genève.

Merci pour la lecture et à disposition pour les questions !